terrassement

Pour mener à bien vos différents travaux de chantier chez vous ou ailleurs, vous avez décidé de faire l’acquisition d’un engin de chantier d’occasion. C’est une excellente décision, mais avant de conclure l’achat, vous devez absolument vérifier l’état de la machine. Vous ne savez pas comment le faire ? Ne vous en faites pas. Dans cet article, vous découvrirez les éléments clefs à contrôler avant d’acheter un engin de chantier d’occasion.

Les composants d’usure de l’engin d’occasion

Avant de songer à vérifier l’état de votre machine, vous devez prendre le temps d’identifier et de lister les composants d’usure de l’engin d’occasion qui fait l’objet de votre achat. Ceci est d’autant plus important qu’en fonction du type de machine que vous visez, ces composants peuvent varier.

Ainsi, les composants d’usure d’une mini pelle sur chenilles seront différents de ceux d’une chargeuse sur roues (vous pouvez d’ailleurs retrouver ce type de produits d’occasion sur ce site). Ne sautez donc pas cette étape au risque d’avoir une surprise désagréable par la suite.

Le carnet d’entretien de la machine d’occasion

Pour vous assurer de faire une bonne acquisition, nous vous conseillons de consulter au préalable le carnet d’entretien de l’engin d’occasion que vous souhaitez acheter. Si le vendeur (entreprise, particulier ou garage) vous montre un carnet d’entretien à jour et bien rempli, cela signifie qu’il a su bien prendre soin de la machine.

Néanmoins, cela ne doit pas vous empêcher d’examiner de plus près le carnet pour déterminer le cycle de vie des composants de l’engin et leur état actuel.  Ce faisant, vous saurez quelle(s) pièce(s) vous allez devoir changer dans les prochains mois si vous choisissez de vous offrir cet engin.

Les conditions de travail et les types de chantier sur lesquels l’engin a servi précédemment

Il est important de se renseigner sur la vie passée de l’engin d’occasion avant de l’acquérir même si, sur les chantiers, il n’est plus utilisé comme avant en raison du contexte pandémique actuel. Pensez donc à interroger le vendeur sur la façon dont la machine a été utilisée et sur le type de chantier sur lequel elle a servi. Le faire vous permettra par exemple de mieux inspecter ses pièces et ses composants spécifiques qui pourraient présenter un risque d’usure plus important.

En effet, selon la région (sablonneuse, champêtre, enneigée, etc.) dans laquelle la machine de chantier aura servi dans le passé, ses trains de roulement peuvent avoir plus ou moins subi une usure importante. De même, ses composants de manière générale peuvent avoir été trop exposé à la corrosion.

D’un autre côté, si l’engin d’occasion a déjà servi sur un chantier de tri ou de démolition, il est alors plus que probable que cela ait accentué l’usure de ses chenilles et pneus. Connaître donc ces petits détails, vous permettra de porter un meilleur regard sur l’état d’usure des composants spécifiques de l’engin et faire un bon achat.

Les chenilles et les pneus

Bon nombre d’acquéreur d’engin d’occasion ne prennent pas souvent la peine de contrôler l’état des chenilles et des pneus alors qu’il s’agit là de composants plus ou moins onéreux à remplacer. Une négligence à ce niveau peut rendre salée de plusieurs milliers d’euros le coût finalement de votre acquisition. Pensez donc à bien vérifier leur état avant de finaliser la procédure d’achat.

Les échantillons d’huile

En plus de tous ces éléments, vous devrez aussi prélever un échantillon d’huile sur la machine afin de vous assurer qu’elle ne contient pas de la limaille. Au cas où l’analyse révélerait une teneur élevée en fer ou en cuivre, cela voudra dire qu’il y a une défaillance interne quelque part et qu’une révision approfondie de la transmission s’impose.